L'homme néolithique ne pouvait pas digérer le lait animal

L’humanité est liée à la consommation de lait d’origine animale, nous apprécions cet aliment et tous ses dérivés bien que nos ancêtres n’aient pas pu le faire. Ceci est indiqué par une étude réalisée par des scientifiques de l'Université de Mayence et du University College of London.

L'étude révèle que les anciens colons européens du néolithique n'avaient pas un gène pour pouvoir tolérer le lactose, ce détail a été découvert lors de l’examen génétique d’un échantillon de squelettes préhistoriques européens datant de 5000 et 5840 av. La tolérance au lactose a été développée au moment où cet aliment commençait à être apprécié. Apparemment, il s’agissait d’un développement rapide; les causes semblent être liées au bétail, en particulier à son élevage. Le gène du lactose a été développé, garantissant ainsi plus d'avantages pour la survie des habitants de cette époque, c'est un autre exemple d'évolution.

Que serait le monde sans les produits laitiers? Nous ne pouvons pas imaginer ne pas pouvoir profiter de la grande quantité de fromages qui enivrent et séduisent notre palais, yogourts, lait, beurre, bref, le gène a été un cadeau précieux pour l’humanité. .

L'étude a été publiée dans le journal électronique scientifique Actes de la National Academy of Sciences.